Le ministre libanais de la Santé Firas Abiad a insisté lundi sur la nécessité de relancer les campagnes de vaccination pédiatrique routinière, " d’autant que l’immunisation au Liban a fortement régressé ". " Ce qui est inquiétant, d’autant que des cas de poliomyélite ont été diagnostiqués dans la région ", a-t-il ajouté lors d’une conférence de presse tenue au Grand Sérail. Il avait eu auparavant une réunion avec le Premier ministre Nagib Mikati, au cours de laquelle il lui a exposé les résultats du voyage qu’il avait effectué la semaine dernière au Danemark et en Suisse, à la tête d’une délégation des Sociétés libanaise de pédiatrie, à l’invitation de l’Unicef.
Le Dr Abiad a expliqué dans ce cadre qu’il avait demandé " que le Liban puisse acheter les vaccins à des prix réduits, pour pouvoir renforcer la campagne de vaccination ". Il a en outre a affirmé que les responsables qu’il avait rencontrés – principalement de l’Organisation mondiale de la santé et du Haut-commissariat des Nations unies aux réfugiés – ont assuré leur soutien au système de santé du Liban. Celui-ci se traduira par " des aides ou par le renforcement des programmes en cours ".
Concernant l’offensive russe en Ukraine, il a estimé qu’elle n’aura pas d’impact sur le Liban qui n’importe pas de médicaments de ce pays. Il a toutefois souligné que la hausse des prix des carburants affectera forcément les hôpitaux. " Il est sûr que la crise mondiale renforcera la précarité du secteur " hospitalier, a-t-il déploré.

Abonnez-vous à notre newsletter

Newsletter signup

Please wait...

Merci de vous être inscrit !