Le syndicat des hôpitaux privés a annoncé jeudi qu’il accordait un sursis d’une semaine à la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) avant de mettre ses mises en garde à exécution. Mardi, le syndicat avait annoncé que, vu que la CNSS tarde à verser les avances qu’elle doit aux hôpitaux privés pour les mois de janvier et février, ces derniers n’accueilleront plus que les cas urgents à partir de la semaine prochaine. Le syndicat avait également annoncé qu’à partir du 1er avril, les patients qui ont besoin de dialyse ou ceux souffrant d’un cancer seront appelés à couvrir eux-mêmes les frais, puisque les hôpitaux sont incapables de leur assurer les médicaments et les équipements médicaux nécessaires en l’absence des avances mensuelles.
Le syndicat des propriétaires des hôpitaux privés a expliqué, dans un communiqué, que ce délai a été accordé suite à la demande du président de la Confédération générale des travailleurs du Liban, Béchara Asmar, qui s’était engagé à intercéder auprès de la CNSS pour régler le problème.

Abonnez-vous à notre newsletter

Newsletter signup

Please wait...

Merci de vous être inscrit !