La radio publique israélienne a annoncé  jeudi en soirée " qu’Israël se préparerait à plusieurs jours de combats au Liban et dans la bande de Gaza ", après le lancement de roquettes depuis le Liban sur Israël. Plusieurs médias ont indiqué que le ministère des Affaires étrangères israélien avait demandé à ses ambassadeurs basés à l’étranger de transmettre aux gouvernements concernés un message dont il ressort que l’État hébreu ripostera aux tirs de roquettes depuis le Liban. En soirée, plusieurs villes israéliennes ont annoncé avoir préparé les abris en cas de nouvelles attaques.

Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a tenu  une réunion de plusieurs heures avec les ministres de la Défense, de la Sécurité nationale, des Affaires étrangères et des Affaires stratégiques pour discuter de la préparation de l’État hébreu à répondre aux tirs de roquettes. En marge de la réunion, M; Netanyahu a assuré qu’Israël " frappera ses ennemis qui paieront le prix de leur agression ". Le chef du cabinet israélien a également assuré que " les désaccords internes en Israël n’empêcheront pas de travailler contre leurs ennemis ". Et d’ajouter : " Nous appelons à la réduction des tensions et nous agirons avec fermeté contre les extrémistes qui utilisent la violence. "

Plus tôt dans l’après-midi, le ministre de la Défense israélien, Yoav Galant, avait demandé à l’armée de l’État hébreu de préparer plusieurs plans de réponse à cette attaque, selon des informations rapportées par les médias israéliens. Une réponse " sans déclencher de guerre avec le Hezbollah " que devra décider le gouvernement israélien.

Une seconde salve de roquettes a été lancée vers Israël à partir de Marjeyoun (Liban-Sud) aux environs de 19h15 jeudi. Plusieurs roquettes ont été tirées jeudi après-midi à partir du Liban-Sud vers Israël. Selon des premières estimations de l’armée libanaise, une quinzaine de missiles ont été envoyés, tandis que le porte-parole de l’armée israélienne, Avichay Adraee, affirme que 34 roquettes ont été tirées depuis le Liban, jeudi.  " 25 d’entre elles ont été interceptées par la défense antiaérienne ", a-t-il indiqué.

Suite au lancement de roquettes dans l’après-midi, l’armée israélienne a accusé le mouvement Hamas d’agir à partir du Liban. Dans une série de tweets, le porte-parole de l’armée israélienne, Avichay Adraee a tenu le gouvernement libanais pour " responsable ", expliquant que  " les roquettes ont été tirées à partir de son territoire vers Israël ".

Et d’ajouter :  " C’est un incident grave. Nous cherchons également à savoir si l’Iran est impliqué dans ces tirs de roquettes. L’armée est actuellement en état d’alerte. Le niveau d’interception des missiles aujourd’hui témoigne de cet état. Il n’y a actuellement aucune instruction exceptionnelle ". Le représentant du Hamas au Liban, Ahmad Abdel Hadi a pour sa part nié avoir des informations concernant le tir de roquettes.

La Force intérimaire des Nations unies au Liban (Finul) a souligné dans l’après-midi que  " la situation actuelle au Liban-Sud est grave  " et a exhorté les parties  " à faire preuve de retenue et à éviter l’escalade " . Une enquête a aussi été ouverte en coopération avec l’armée libanaise et les Casques bleus. L’armée libanaise a d’ailleurs annoncé sur son compte Twitter que la troupe organise des patrouilles en coopération avec la Finul. Dans un communiqué plus tard en soirée, elle a indiqué avoir trouvé les plateformes de lancements près des villages de Ziqine et Qolailé.

 

Par ailleurs, le Premier ministre sortant, Najib Mikati, s’est entretenu avec le ministre des Affaires étrangères, Abdallah Bou Habib. Dans un communiqué, le ministère des AE a réitéré " son respect et son engagement envers l’application de la résolution 1701 du Conseil de sécurité des Nations Unies, et sa volonté de préserver le calme et la stabilité au Liban-Sud ". Et d’ajouter: " Nous appelons la communauté internationale à exercer des pressions sur Israël pour mettre fin à l’escalade. Le Liban exprime sa volonté de coopérer avec la Force intérimaire des Nations Unies au Liban (Finul) et de prendre les mesures appropriées pour rétablir le calme et la stabilité, tout en mettant en garde contre les intentions belliqueuses d’Israël qui menacent la paix et la sécurité régionale et internationale. "

Dans un entretien avec la chaine al-Hadath, le ministre sortant de l’Intérieur Bassam Maoulaoui a assuré que " les Forces de sécurité intérieures et l’armée libanaise assurent leurs rôles ", soulignant que " plusieurs factions armées étrangères sont présentes au Liban-Sud ". Et d’ajouter: " Le Liban ne doit pas être un terrain de menace pour quiconque. "

 

Selon les différentes vidéos circulant sur les réseaux sociaux, plusieurs roquettes ont été lancées.

 

Ces tirs n’ont pas été revendiqués pour l’instant. Plus tôt jeudi, le Hezbollah avait averti qu’il soutiendrait " toutes les mesures " que les groupes palestiniens pourraient prendre contre Israël après les affrontements qui ont secoué la mosquée Al-Aqsa, troisième lieu saint de l’islam.

" Le Hezbollah dénonce avec force l’assaut mené par les forces d’occupation israéliennes contre l’esplanade de la mosquée Al-Aqsa et ses agressions contre les fidèles ", a déclaré la formation armée dans un communiqué. " Le Hezbollah proclame son entière solidarité avec le peuple palestinien et les mouvements de résistance (à Israël, ndlr), et s’engage à les soutenir dans toutes les mesures qu’ils prendront pour protéger les fidèles et la mosquée Al-Aqsa et pour dissuader l’ennemi de poursuivre ses agressions ", a-t-il ajouté.

Réactions internationales

Les Nations Unies ont condamné jeudi soir les tirs de roquettes et ont appelé au calme ainsi qu’ " à la plus grande retenue " afin d’éviter une escalade des tensions.

De son côté, la Maison Blanche a exprimé son inquiétude quant à la montée des tensions au Liban, à Jérusalem et à Gaza. Les États-Unis ont estimé que " ceux qui utilisent le Liban comme base pour tirer des roquettes sur Israël font encourir un danger au peuple libanais et menacent de saper la stabilité du pays ". Les États-Unis ont également réitéré leur engagement pour assurer la sécurité de l’État d’Israël et préserver son droit à la défense de ses citoyens et de son territoire contre les attaques.

Pour sa part, la France a condamné les tirs de roquettes ciblant Israël depuis le Liban-Sud. Et d’ajouter: " En cette période de fêtes religieuses, la France appelle toutes les parties à faire preuve de retenue et à éviter toute action susceptible d’alimenter l’escalade de la violence. "

L’ambassade du Royaume-Uni au Liban a, quant à elle, appelé ses citoyens au Liban, à être attentif et à suivre les recommandations issues de l’instance diplomatique à la lumière des derniers développements.

Réactions libanaises

Les souverainistes se sont empressés de condamner les tirs de roquettes par des miliciens.

Michel Moawad, le chef du Mouvement d’indépendance et député, a tweeté sur son compte Twitter: " Assez de violations de la souveraineté du Liban et sa consécration comme terrain pour les intérêts régionaux et boîte aux lettres pour les messages de l’axe de la résistance. " Moawad a réitéré sa position selon laquelle " il est nécessaire de respecter la résolution 1701 (du Conseil de sécurité des Nations Unies, NDLR) et de restreindre les décisions stratégiques et les armes uniquement à l’État. Et d’ajouter: " je refuse catégoriquement les politiques de perturbation de la sécurité, de la stabilité, de la souveraineté et de l’économie du Liban  "

 

Le chef des Forces libanaises (FL), Samir Geagea, s’est adressé au gouvernement libanais en posant une série de questions : " Quelles sont les obligations nationales qui nous poussent, en ce moment précis, à tirer des dizaines de roquettes depuis le Liban-sud en direction d’Israël ? Comment le gouvernement libanais compte-t-il respecter ses engagements issus de la résolution 1701 (du Conseil de sécurité des Nations Unies, NDLR) ? " Geagea a ajouté dans un communiqué publié dans l’après-midi : " Est-ce que le gouvernement libanais s’est réuni ou a pris la décision de tirer des roquettes du Sud vers Israël ? " M. Geagea a affirmé que le gouvernement libanais, bien qu’étant un gouvernement expédiant les affaires courantes, a abandonné ses principales responsabilités de maintien de la sécurité nationale et de celle des citoyens.

L’ancien président de la République, Michel Sleiman, a pour sa part appelé à mettre fin à l’utilisation du territoire libanais comme plateforme pour lancer roquettes sans l’autorisation de l’État.

De son côté, le député Kataëb de Beyrouth, Nadim Gemayel, a déclaré dans un tweet que " la libération de la Palestine ne se fait pas à partir du Liban ", affirmant que le Hezbollah et ses alliés du Hamas s’obstinent à entraîner le Liban dans des guerres qui ne le concernent pas. " Ils s’acharnent à détruire ce qui reste du pays ", a-t-il martelé.

" La milice iranienne et son alliée, le Hamas, ainsi que l’axe du terrorisme, sont déterminés à faire du Liban une plateforme de lancement de missiles… Ils sont déterminés à entraîner le Liban dans des guerres qui ne le concernent pas… Ils sont déterminés à détruire ce qui reste du pays… S’ils veulent libérer la Palestine, qu’ils y aillent eux-mêmes, et qu’Ismaïl Haniyeh la libère depuis les territoires palestiniens, et non depuis le Liban… "

 

Le député FL de Jbeil, Ziad Hawat, a quant à lui demandé une réaction officielle du gouvernement, indiquant qu’il " n’accepterait pas de mettre le Liban en danger en cet instant régional délicat pour satisfaire des intérêts externes qui n’ont pas de rapport avec le Liban et les Libanais ".

Nous n’accepterons pas de mettre le Liban en danger à un moment  délicat et critique au niveau régional. Le lancement de missiles et l’utilisation à nouveau du Liban-Sud est un service rendu aux intérêts étrangers qui n’ont rien à voir avec le Liban et les Libanais. Fermer les yeux ne dégage pas de la responsabilité. Etre responsable exige également une prise de position officielle sur ce qui s’est passé.

Abonnez-vous à notre newsletter

Newsletter signup

Please wait...

Merci de vous être inscrit !