Question à deux sous : qui parmi les Libanais était au courant d’un projet de Conseil national de politique des prix datant de … 1974 ? Et qui a eu l’idée de le déterrer au moment où le Liban traverse une des pires crises économique et financière du monde, ce qui rend pratiquement impossible une politique raisonnable d’indexation des prix.

Car comme son nom l’indique, cette instance est censée établir cette politique. Elle doit incessamment voir le jour puisque le décret de sa formation a été signé vendredi par le président Michel Aoun.

Ce Conseil, a expliqué la présidence de la République sur son compte Twitter, est composé de représentants de plusieurs administrations et syndicats qui définiront ensemble une politique des prix. Sur quelle base avec la dépréciation continue de la livre et en l’absence de réformes ? On l’ignore. Toujours est-il que pour le ministre sortant de l’Économie, Amine Salam, cette instance devrait se réunir sans tarder.