Après le Brésil, l’Argentine a annoncé vouloir payer ses importations chinoises en yuan et non en dollars. Une décision motivée en partie par l’effritement du peso argentin face au dollar. 

L’Argentine va désormais payer ses importations chinoises en yuan plutôt qu’en dollars, à l’instar de l’autre géant sud-américain, le Brésil, qui a pris une décision similaire fin mars, a annoncé mercredi le ministre de l’Économie Sergio Massa.

" Suite à l’accord avec les différentes entreprises, la Banque populaire de Chine et la Banque centrale argentine, nous avons rééchelonné l’instrument de paiement de plus de 1,04 milliard de dollars pour ce mois-ci, pour les importations en provenance de Chine ", a annoncé le ministre de l’Économie Sergio Massa au côté de l’ambassadeur de Chine à Buenos Aires, Zou Xiaoli.

Le ministre a ajouté qu’il sera possible de " programmer un volume d’importations en yuans d’une valeur (équivalente à) plus d’un milliard de dollars à partir du mois prochain, ce qui remplacera l’utilisation des dollars ".

Cet abandon du dollar dans les transactions avec la Chine " améliore les perspectives des réserves nettes de l’Argentine " et " permet de maintenir le niveau d’activité, le volume des importations, le rythme des échanges entre " les deux pays et " les niveaux de fonctionnement économique dont l’Argentine a besoin ", a-t-il ajouté.

De son côté, M. Zou a souligné l’importance de cette décision afin de " protéger et développer les marchés mondiaux en soutenant les entreprises afin qu’elles puissent utiliser les monnaies locales pour régler les échanges ".

Cette annonce survient alors que le peso argentin subit depuis plusieurs jours un effritement spectaculaire par rapport au dollar, atteignant au cours parallèle informel près de 500 pesos pour un dollar mardi contre 227 pour un dollar au cours officiel, perdant environ 20% de sa valeur en une semaine.

Marie de La Roche Saint-André, avec AFP

Abonnez-vous à notre newsletter

Newsletter signup

Please wait...

Merci de vous être inscrit !