Écoutez l’article


L’internet au Liban, c’est vraiment l’enfer. Ça coupe, ça beugue, c’est lent… À l’heure où le monde entier fonctionne avec des internets haut débit ou très haut débit, le Liban rame. Le réseau internet va de mal en pis du fait de son infrastructure vieillissante. Pour trouver une solution à ce problème, le ministère des Télécommunications s’est penché sur le système Starlink, un service Internet par satellite fourni par SpaceX. Serait-ce une aubaine?

Le système Starlink serait-il la panacée à l’enfer de l’internet au Liban?

Pour trouver une issue au problème du réseau Internet au Liban et fournir une connexion accrue, le ministère des Télécoms s’est penché sur le système Starlink, un service Internet par satellite fourni par SpaceX, compagnie fondée par Elon Musk.

Starlink repose sur 3.200 satellites placés en orbite autour de la Terre, permettant aux utilisateurs de se connecter à Internet sans avoir besoin d’infrastructures telles que des câbles ou des lignes téléphoniques.

C’est aussi le premier fournisseur d’Internet par satellite à utiliser cette orbite au lieu du géostationnaire, car elle permet de diminuer le temps de réponse de 600 ms à environ 20 ms. Aujourd’hui, Starlink, c’est un million de clients dans quelque cinquante pays.

Révolutionner la connectivité et assurer des recettes au Trésor

Le ministre sortant des Télécommunications, Johnny Corm, assure à Ici Beyrouth, que le système Starlink, en est encore à ses balbutiements au Liban, mais qu’il pourrait révolutionner la connexion Internet au pays du cèdre. De plus, contrairement à ce que veut la rumeur, Starlink ferait rentrer de l’argent et assurerait des recettes au ministère des Télécommunications. "Le ministère octroiera des licences à des sociétés qui vendront ce système aux particuliers à travers le ministère des Télécoms. Nous n’aurons absolument rien à payer", précise M.Corm, notant avoir préparé "un business plan très pointilleux pour que l’entreprise soit bien contrôlée par le ministère, sinon ce service serait vendu n’importe comment".

Les Télécoms attendent l’aval officiel des responsables sécuritaires et juridiques du Conseil des ministres et du département commercial du ministère des Télécoms. "Nous n’avons jusqu’ici que des approbations de principe", souligne le ministre.

Il indique cependant que Starlink est un service relativement cher, destiné à une certaine clientèle. "Il coûtera environ 125$ par mois, pour une vitesse de 280 MBs, comme la fibre optique", indique-t-il.

"Une fois que tout sera approuvé, il faudra 24 h pour que le service soit mis en œuvre", assure M. Corm.

Avantages et inconvénients

Le principal avantage de Starlink est qu’il pourra fournir un accès internet rapide et fiable aux zones reculées et rurales où l’infrastructure traditionnelle est soit obsolète, soit inexistante. Starlink pourra aussi donner un coup de pouce nécessaire à l’infrastructure existante, désuète.

Pour ce qui est des entreprises, elles pourront étendre leurs opérations grâce à des vitesses de connexion plus rapides et plus fiables. Starlink permettra par ailleurs au Liban de se connecter davantage à l’économie numérique mondiale.

Toutefois, le tableau n’est pas que rose, car la mise en œuvre de Starlink au Liban comporterait plusieurs inconvénients. L’un des plus gros problèmes en serait le coût, la technologie par satellite étant beaucoup plus chère que les techniques classiques (câble et fibre optique). De plus, le signal pourrait être perturbé par le mauvais temps ou d’autres facteurs naturels. Enfin, le gouvernement doit mettre en place des lois et des règlements pour garantir que le service soit exploité conformément aux normes internationales.

Néanmoins, là où le gouvernement libanais n’a pas été en mesure de répondre aux besoins de ses citoyens en matière de connexion Internet fiable, Starlink semble pouvoir faire la différence et donner un coup de pouce indispensable à tous les systèmes et secteurs libanais.