Au cours des trois dernières années, 1.300 licences industrielles ont été accordées dans tous les secteurs au Liban.

C’est ce qu’a affirmé le ministre sortant de l’Industrie, George Bouchikian, lundi, déclarant que l’industrie libanaise se portait bien et que le secteur de l’industrie représentait aujourd’hui 37 à 41% du produit intérieur brut (PIB). M. Bouchikian estime que l’industrie est devenue le catalyseur le plus important du développement de l’économie libanaise et que cela se traduit en chiffres par des exportations qui sont passées de deux milliards à quatre milliards de dollars. Concernant les problèmes d’exportations liés à la crise en mer Rouge, le ministre assure "les avoir surmontés".

Dans un communiqué, il a fait état d’une augmentation des investissements industriels, notamment dans le domaine pharmaceutique révélant qu’il existait "une tendance à attirer des investissements étrangers prometteurs dans de nombreux secteurs au Liban". Il a aussi fait part de projets en cours avec des pays européens afin de créer une sorte de partenariat pour la production.

Le ministre a par ailleurs noté que trois secteurs supplémentaires avaient vu le jour au Liban, à savoir le recyclage, la programmation et la production cinématographique, faisant passer le nombre de secteurs de 21 à 24.

Abonnez-vous à notre newsletter

Newsletter signup

Please wait...

Merci de vous être inscrit !