Le secrétaire général des Nations Unies Antonio Guterres a quitté Beyrouth mercredi matin au terme d’une visite de 48 heures au cours de laquelle il a eu une série d’entretiens de haut niveau avec les dirigeants libanais à qui il a transmis un message très ferme, les invitant à un sursaut national afin de sortir de la grave crise dans laquelle il se débat. Stigmatisant les querelles politiciennes qui maintiennent le pays dans l’impasse, M. Guterres a notamment souligné qu’il " n’y aura pas d’aides internationales si la paralysie se poursuit ". Le chef de l’Onu a tancé les dirigeants, soulignant qu’ils " n’ont pas le droit de sanctionner le peuple libanais " en perpétuant la crise politique, économique et financière.