Six mois après l’invasion de l’Ukraine, le cours international du blé et du maïs retrouve son niveau d’avant-guerre. L’adaptation des marchés à la crise, la reprise des exportations ukrainiennes et les estimations de production rassurantes en Europe comptent parmi les facteurs explicatifs de cette détente des marchés internationaux. 

 

Malgré la stabilisation des cours des céréales, l’inflation continue à menacer le pouvoir d’achat des consommateurs. (AFP)

 

 

" C’est presque un retour à la case départ ": six mois après l’invasion de l’Ukraine par la Russie, blé et maïs se rapprochent de leurs prix d’avant-guerre, dans un marché qui retrouve " un point d’équilibre ".

Le scénario du pire, avec ses " ouragans de famine " redoutés par l’ONU, a été évité mais les prix restent très élevés et l’inflation menace, soulignent les analystes du marché.

Les cours du blé s’étaient envolés à près de 440 euros la tonne sur le marché européen mi-mai – le double de l’été dernier – alors que le trafic marchand était quasiment au point mort sur la mer Noire. Mais ils sont redescendus autour de 330 euros en août.

" Six mois après l’invasion russe, c’est presque un retour à la case départ. Les marchés ont appris à vivre avec la crise. La détente s’est amorcée fin mai-début juin avec de premières estimations de production rassurantes en Europe et la reprise des exportations d’Ukraine, d’abord par la route et le rail, puis par la mer ", explique Gautier Le Molgat, analyste chez Agritel.

L’Ukraine est " en voie d’exporter presque 4 millions de tonnes de produits agricoles en août ", toutes voies confondues, se rapprochant des plus de 5 millions mensuels d’avant-guerre, a annoncé mardi un haut responsable du département d’État américain.

Une reprise progressive des flux commerciaux

 

 

Cette accélération des exportations de l’Ukraine, superpuissance agricole qui pesait avec la Russie 30% du commerce mondial du blé fin 2021, est le fruit de l’accord signé le 22 juillet entre Kiev et Moscou, sous l’égide de l’ONU et de la Turquie.

Cet accord pour l’ouverture d’un couloir maritime est destiné à sortir plus de 20 millions de tonnes de maïs, blé et tournesol stockés en Ukraine. D’après le Joint Coordination Centre qui supervise le corridor, 721.449 tonnes sont déjà sorties d’Ukraine par la mer.

Pour le moment, cette détente profite plus à l’Ukraine qu’à la Russie, qui prépare un retour en force sur les marchés à la faveur d’une exceptionnelle récolte de blé, estimée à 88 millions de tonnes.

Les exportations russes de blé pour juillet et août sont en baisse de 27% sur un an, selon les estimations du cabinet de conseil russe SovEcon.

Le blé russe est encore trop cher et rudement concurrencé, notamment par le blé français, pour plusieurs raisons: des frais de transport élevés, un " rouble fort ", une taxe russe à l’exportation en baisse mais encore " très élevée " (environ 80 dollars la tonne), ce qui fait que " les fermiers rechignent à vendre ", explique Andrey Sisov, directeur général de SovEcon.

La faiblesse des exportations russes a été l’un des principaux facteurs expliquant les prix élevés, estime M. Sisov, dans une crise qui fut davantage provoquée par l’envolée des prix et les problèmes de logistique, que par la disponibilité des céréales.  Autrement dit, " Poutine a maintenu la pression sur les prix dans un bras de fer avec l’Europe ", selon un observateur occidental.

Sur le terrain, l’accord de juillet devrait favoriser une reprise globale des flux en mer Noire, avec la baisse des primes d’assurances qui étaient un facteur de frein pour les affréteurs.

Des cours qui restent très élevés
L’accélération des exportations de l’Ukraine est le fruit de l’accord signé le 22 juillet entre Kiev et Moscou, sous l’égide de l’ONU et de la Turquie, et qui a permis le déblocage des ports ukrainiens. (AFP)

 

 

Les cours restent par ailleurs très élevés. Car les causes de la flambée post-Covid sont toujours là: hausse des coûts de l’énergie, des engrais (dont le prix a triplé en un an), et des transports.

À cela s’ajoute " l’épée de Damoclès de l’inflation " qui pèse sur les économies les plus fragiles, dépendantes à plus de 50% des importations pour les céréales, souligne Edward de Saint-Denis, courtier chez Plantureux & Associés, citant sur ce plan la Corne de l’Afrique, l’Égypte, le Yémen ou aussi le Liban.

Si les analystes voient le cours du blé continuer à refluer à moyen terme, ils sont plus circonspects pour le maïs: la sécheresse qui sévit partout inquiète.

L’Union européenne estime sa production de maïs en repli de 16%, tandis que les États-Unis ont revu à la baisse leurs rendements dans certaines régions, notamment dans le Nebraska et le Dakota du Sud (-21,7%).

" Si on ne se met pas à rationner la demande, pour le bétail en particulier, on va avoir un problème d’approvisionnement ", estime Michael Zuzolo, président de Global Commodity Analytics and Consulting. D’autant que la Chine, frappée à son tour par la sécheresse, a repris ses importations en céréales.

Avec AFP

Abonnez-vous à notre newsletter

Newsletter signup

Please wait...

Merci de vous être inscrit !