La réunion du Conseil européen à Bruxelles jeudi.

Un geste hautement symbolique destiné à afficher la solidarité des 27 envers un pays envahi par des troupes étrangères ainsi qu’un avertissement adressé à l’agresseur: l’Ukraine est désormais promise à une famille ayant des institutions libres et démocratiques, et décidera un jour, librement et démocratiquement, de son choix.

L’Union européenne, réunie en sommet à Bruxelles, a entériné jeudi la candidature de l’Ukraine, une étape  près de quatre mois après l’invasion lancée par l’armée russe, qui continue de progresser dans l’est de ce pays à coups de bombardements destructeurs.

La journée d' "aujourd’hui marque une étape cruciale sur votre chemin vers l’UE ", et " nous avons un avenir ensemble " a déclaré le président du Conseil européen Charles Michel sur Twitter, en félicitant le président ukrainien Volodymyr Zelensky et la présidente moldave Maïa Sandu, dont le pays s’est également vu reconnaître le statut de candidat.

" C’est un moment unique et historique dans les relations Ukraine-UE ", a réagi très rapidement sur Twitter M. Zelensky, avant de saluer dans une allocution en visioconférence devant les représentants des Vingt-Sept " le plus grand pas vers le renforcement (politique) de l’Europe ".

" C’est notre victoire (…) Nous avons attendu (cette décision) pendant 120 jours et même pendant 30 ans ", depuis l’indépendance de l’Ukraine en 1991, a encore déclaré M. Zelensky dans une courte vidéo publié sur Instagram à l’attention de ses compatriotes avant de prédire la victoire " à coup sûr " face à l’armée russe.

L’Ukraine, la Moldavie et la Géorgie avaient déposé leur candidature peu après le début, fin février, de l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Jamais l’UE n’a été aussi prompte à accorder ce statut, nouvelle illustration de sa solidarité envers Kiev et Chisinau. Mais la Géorgie, elle, devra encore attendre, sa candidature n’ayant pas été entérinée.

L’exécutif européen avait rendu il y a quelques jours un avis favorable sur la candidature de l’Ukraine, et mardi, la France, qui assure la présidence tournante du Conseil de l’UE, avait indiqué qu’un " consensus total " entre les Vingt-Sept avait émergé sur cette question.

Ce scénario, inimaginable encore récemment, s’est imposé aux Vingt-Sept avec la guerre menée par la Russie depuis près de quatre mois contre l’Ukraine.

Une adhésion prendrait " des décennies "

L’octroi du statut de candidat à l’UE à l’Ukraine et la Moldavie est un " signal très fort vis-à-vis de la Russie ", a estimé le président français Emmanuel Macron, y voyant " un geste politique " de " l’Europe forte et unie ". " Nous avons avancé à pas de géant ", et " tout cela, nous le devons au peuple ukrainien qui se bat pour défendre nos valeurs, leur souveraineté, leur intégrité territoriale ".

Bloqués depuis des années dans l’antichambre de l’UE, les pays des Balkans occidentaux déjà candidats à l’adhésion n’ont de leur côté pas caché leur amertume face à la longueur des procédures.

" C’est une bonne chose de donner le statut " de candidat à Kiev, a dit le Premier ministre albanais Edi Rama avant une réunion à Bruxelles avec les dirigeants européens. Mais il a conseillé aux Ukrainiens de ne " pas se faire d’illusions " sur une adhésion rapide par la suite.

Plusieurs représentants des Etats membres ont averti que les Ukrainiens ne devaient " pas se faire d’illusions " sur une adhésion rapide. M. Macron avait ainsi estimé en mai qu’une adhésion de Kiev prendrait " des décennies ".

Poutine jaloux

Plus tôt, le président russe Vladimir Poutine avait profité d’un sommet virtuel des Brics (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud) organisé le même jour que celui de Bruxelles, pour dénoncer les " actions égoïstes " des pays occidentaux et appeler à un leadership des Brics pour " créer un système réellement multipolaire ", un leitmotiv de la rhétorique du Kremlin.

" Ce n’est qu’en se basant sur une coopération honnête et mutuellement avantageuse que l’on peut chercher des issues de la situation de crise frappant l’économie mondiale à cause des actions égoïstes et irréfléchies de certains pays ", a déclaré M. Poutine, lors du sommet virtuel des Brics, en référence à l’effet sur l’économie mondiale qu’il prête aux sanctions plutôt qu’à son offensive contre l’Ukraine.

Il a notamment dénoncé les tentatives de ces pays occidentaux de " se servir des mécanismes financiers pour rendre le monde entier responsable de leurs propres erreurs de politique macroéconomique ".

" Un rôle de meneur de la part des pays des Brics est aujourd’hui nécessaire comme jamais pour élaborer une politique unificatrice, positive visant à créer un système (mondial) réellement multipolaire ", a assuré le président russe.

Selon lui, les Brics pourraient compter ici sur le soutien de " plusieurs pays d’Asie, d’Afrique et d’Amérique latine qui aspirent à mener une politique indépendante ".

Les " Himars " arrivent + 450 millions

Sur le terrain, mises à mal par la puissance de feu de l’artillerie et de l’aviation russes, les forces ukrainiennes fondent désormais leurs espoirs sur l’arrivée d’armements lourds réclamés sans relâche aux alliés occidentaux, comme les lance-roquettes multiples américains Himars.

Le ministre de la Défense ukrainien, Oleksiï Reznikov, a annoncé jeudi, photo à l’appui, l’arrivée des premiers exemplaires de ces armements puissants et précis, quelques heures avant que la Maison Blanche n’annonce un nouveau volet d’aide militaire à Kiev, d’un montant de 450 millions de dollars.

Le système américain de lance-roquettes multiples Himars doit changer le rapport des forces dans le Donbass.

" L’été sera chaud pour les occupants russes. Et le dernier pour certains d’entre eux ", a-t-il menacé, sans préciser combien de ces batteries mobiles d’une portée de 80 km avaient été livrées à ce stade par les Américains.

Car pour l’heure, les forces ukrainiennes continuent de céder du terrain dans l’est, notamment autour des villes jumelles stratégiques de Lyssytchansk et Severodonetsk, la dernière poche de résistance dans la région de Lougansk.

Bombardée par les Russes depuis des semaines, Severodonetsk est une étape clé dans leur plan de conquête de l’intégralité du Donbass, bassin industriel de l’est de l’Ukraine déjà en partie tenu par des séparatistes prorusses depuis 2014.

Les Russes " multiplient les offensives pour encercler nos troupes ", a indiqué jeudi matin sur Telegram Serguiï Gaïdaï, le gouverneur régional, admettant que l’ennemi avait conquis Loskutivka et Rai-Oleksandrivka, deux localités situées à quelques kilomètres de Lyssytchansk, et attaqué Syrotyne, aux portes de Severodonetsk.

La résistance ukrainienne à Lyssytchansk et Severodonetsk est " futile ", a affirmé jeudi un représentant des séparatistes prorusses.

" Au rythme où vont nos soldats, très bientôt tout le territoire de la république populaire de Lougansk sera libéré ", a dit à l’AFP le lieutenant-colonel Andreï Marotchko, joint par appel vidéo.

" Plus aucune ville n’est sure "

Signe des difficultés de l’Ukraine sur le théâtre des opérations, le gouverneur de la région de Donetsk, plus au sud, Pavlo Kyrylenko a affirmé jeudi à l’AFP que plus " aucune ville " de la zone placée sous son administration n’était " sûre " pour ses habitants, les combats y étant trop violents

Plus au nord, à Kharkiv, la deuxième ville d’Ukraine, bombardée quotidiennement, les rues semblaient vidées de leurs habitants mercredi, selon une équipe de l’AFP.

L’armée russe continue par ailleurs de bombarder la région de Mykolaïv, où elle a annoncé jeudi avoir notamment détruit 49 réserves de carburant et trois centres de réparation de blindés.

Un blindé de l’armée ukrainienne devant une raffinerie en feu à Lyssytchansk, au Donbass.

Selon l’Institut américain pour l’étude de la guerre (ISW), les forces russes ont vraisemblablement repris la rive orientale de la rivière Inhoulets, située entre Mykolaïv, toujours tenue par les Ukrainiens, et Kherson, plus à l’est, occupée par les Russes.

" Conséquences dévastatrices "sur l’alimentation

Les ports de Mykolaïv et d’Odessa sont bloqués depuis le début du conflit, ce qui paralyse le transport maritime des matières premières agricoles, principale voie d’exportation pour l’Ukraine jusque-là.

Or un blocage prolongé pourrait avoir des conséquences gravissimes sur l’alimentation dans de nombreux pays qui dépendent du grenier à céréales ukrainien et des engrais russes.

" Cette crise est urgente et doit être réglée d’ici un mois, faute de quoi les conséquences pourraient être dévastatrices ", a déclaré jeudi la cheffe de la diplomatie britannique Liz Truss lors d’une visite à Ankara, accusant Vladimir Poutine d' "utiliser la faim comme une arme " dans ce conflit.

La crise alimentaire mondiale déclenchée par la guerre en Ukraine va faire des millions de victimes en rendant de larges populations plus vulnérables aux maladies infectieuses, au risque de déclencher une nouvelle crise sanitaire, a averti jeudi le responsable du Fonds mondial, organisation qui lutte contre le sida, le paludisme et la tuberculose.

Le sommet européen de jeudi à Bruxelles doit être suivi d’un autre du G7 et d’un troisième de l’Otan, auxquels participera le président américain Joe Biden. La question de l’aide financière à Kiev devrait être au coeur des discussions de ces deux prochaines rencontres.

Avec AFP

Abonnez-vous à notre newsletter

Newsletter signup

Please wait...

Merci de vous être inscrit !