A la veille de l’arrivée au Puy de Dôme et après le troisième succès de Jasper Philipsen, la 8e étape du Tour de France samedi entre Libourne et Limoges semble encore promise aux sprinteurs, à moins que des puncheurs tirent profit de l’arrivée en montée pour scorer.

" Le final dans le Limousin est plus vallonné que l’étape de vendredi arrivant à Bordeaux. Ce sera un petit peu plus compliqué pour les sprinteurs et puis surtout l’arrivée se fait sur 600 derniers mètres avec des pourcentages à 4-5% ", explique Thierry Gouvenou, le traceur du Tour de France, à l’AFP.

" Il faudra de la puissance et un coureur comme Mathieu van der Poel va plus se retrouver là-dessus que sur du pur sprint. Surtout que le final aura bien usé tous les coureurs avec toutes ces côtes dans le Limousin ", ajoute le directeur technique de la Grande Boucle.

Au départ de Libourne, cette 8e étape, longue de 200,7 km, présente une succession de côtes dans la dernière partie, dont celle de Condat-sur-Vienne (1,2 km à 5,4%) qui pourrait servir de rampe de lancements aux plus audacieux, à neuf kilomètres de l’arrivée.

Van der Poel pourrait tenter d’imiter son coéquipier belge Jasper Philipsen, vainqueur pour la troisième fois sur cette 110e édition vendredi à Bordeaux.

Ce sera la 14e fois que le Tour arrive à Limoges, la première depuis 2016 lorsque l’Allemand Marcel Kittel s’était imposé avec un écart extraordinairement infime de 0,0003 seconde sur Bryan Coquard.

Le sprinteur français de l’équipe Cofidis, qui court toujours après une victoire dans la Grande Boucle et raffole des sprints en montée, fera encore partie des favoris pour la gagne samedi.

Départ de Libourne à 13h30 (Beyrouth), arrivée à Limoges à 18h19 (horaire calculé sur une moyenne de 44 km/h)