Ihab Mattar, député indépendant de Tripoli, a affirmé avoir voté pour le commandant en chef de l’armée, le général Joseph Aoun, pendant la 12e séance électorale pour la présidentielle au Parlement, "pour deux raisons principales: la première est liée à sa crédibilité et sa moralité, et la seconde à la symbolique de l’institution militaire qui transcende les communautés, les régions et toutes les parties politiques."

Le député a tenu ses propos en recevant samedi dans son bureau à Bohsas, à Tripoli, une délégation de la Ligue des jeunes de la Békaa-Ouest et Rachaya. Il a fait valoir que  "l’armée ne peut provoquer une discorde politique et se doit d’être symboliquement un facteur d’union", d’autant plus que " le général Joseph Aoun est lui-même connu pour sa compétence ". Et M. Matar d’ajouter: " Notre choix de vote prouve qu’une troisième candidature est une option possible. Le principe du défi par la force ne marche pas au Liban. Nous souhaitons que l’élection présidentielle reste une affaire intérieure."

Alors qu’il est revenu au Liban au terme de plus de 20 ans passés à l’étranger, le député de Tripoli a souligné qu’il était revenu " au bon moment ", estimant que son expérience se répercutera positivement sur son travail.