La journée du lundi a connu des escalades à plusieurs niveaux à la frontière sud, à la suite d’une nuit violente.

L’après-midi du lundi a été marqué par une nouvelle attaque israélienne contre un convoi de journalistes à Yaroun, au Liban-Sud, un mois, jour pour jour, après la première agression, survenue le 13 octobre à Alma el-Chaab. Le caméraman de la chaîne Al-Jazeera, Issam Mawassi, a été légèrement blessé et le véhicule de diffusion endommagé par les deux obus israéliens. Les journalistes ont dû quitter les lieux précipitamment, la région étant considérée comme "très dangereuse".

Par ailleurs, on a rapporté la mort de civils des deux côtés, libanais et israéliens. À Aïnata, au Liban-Sud, deux Libanais ont été tués et un troisième blessé à la suite d’un raid israélien. Parallèlement, un Israélien est mort et cinq autres blessés à la suite de tirs de missiles anti-char par le Hezbollah, selon les médias hébreux. La compagnie d’électricité israélienne a également annoncé dimanche la mort d’un de ses employés dans une attaque de missiles en provenance du Liban.

Des médias israéliens ont fait état de 18 missiles tirés depuis le Liban, après le déclenchement des sirènes d’alarme dans le secteur ouest de Galilée. Deux victimes ont été signalées dans la colonie de Netoua, à la suite du tir d’un missile antichar en provenance du Liban.

De son côté, le Hezbollah a déclaré avoir "touché une unité d’infanterie près de la caserne de Branit, par le biais de missiles guidés, causant des pertes confirmées en tués et blessés". Le Hezb a également déclaré avoir ciblé "le site d’Al-Rahib avec des armes appropriées", ainsi que celui "d’Al-Ramtha dans les fermes de Chebaa, causant des atteintes directes".

En outre, le parti pro-iranien a annoncé le décès d’un de ses membres, Ali Mahdi Sayfeddine.

En ce qui concerne les villages frontaliers du Liban-Sud, l’artillerie israélienne a ciblé, l’après-midi, le village d’Aïta el-Chaab ainsi que la colline d’Al-Hamamiss à Khiam, après le survol intensif de drones de reconnaissance. De plus, un drone israélien a lancé quatre missiles sur la zone est de Kfar Kila, également bombardée par un char israélien Merkava, stationné à Metouls, dans la colline de Tell Nahas.

L’Agence nationale d’information (ANI, officielle) a par ailleurs signalé que trois maisons de Mhaybib ont été complètement détruites et le sanctuaire endommagé par le bombardement israélien. Toujours selon l’ANI, les forces israéliennes ont largué des fusées éclairantes au-dessus de Mays al-Jabal et Houla, près de la région de Abad.

Les scouts de la Mission islamique ont déclaré avoir transféré vers l’hôpital Alaeddine, à Sarafand, une personne exposée à la fumée de phosphore due au bombardement israélien.

Dans l’après-midi, la chaîne Al-Jadeed a rapporté qu’un drone israélien a attaqué la région de Karm el-Zaytoun, près d’Al-Hussayniya de Yaroun, larguant trois obus sur une maison au centre du village, près du siège de la municipalité.

En soirée, l’armée israélienne a annoncé avoir bombardé une cellule du Hezbollah qui tentait de lancer des missiles antichars sur la région de Shtula.

Des médias israéliens ont également signalé que plusieurs colonies situées à la frontière avec le Liban ont été privées d’électricité après avoir été la cible de missiles en provenance du Liban. Ils ont par ailleurs révélé sept atteintes causées par la chute d’obus dimanche à Manara, près de la frontière avec le Liban, faisant des blessés parmi les soldats israéliens, dont certains ont dû subir une amputation.

Pour sa part, l’armée israélienne a déclaré avoir détecté deux obus de mortier tirés depuis le Liban et tombés dans des zones ouvertes.