Massimo Argentiere s’est fait tout d’abord connaître grâce à sa ligne dédiée au saint patron de Naples, San Gennaro (Saint Janvier), adulé par les Napolitains; saint dont le sang contenu dans une fiole se liquéfie trois fois par an. La renommée de l’orfèvre s’est faite par la suite extramuros, lorsque les artistes Dolce & Gabbana lui ont demandé de créer une ligne pour eux. Par un effet domino ascendant, sa notoriété a explosé jusqu’à atteindre des sommets internationaux.

Afin que les Parthénopéens puissent porter la bénédiction de San Gennaro (Saint Janvier en français) sur eux, l’orfèvre a eu la brillante idée de concevoir toute une ligne de bijoux en argent et en or aussi, mettant ainsi à la portée des Napolitains la possibilité d’acquérir le bijou qui leur convient et de vénérer leur saint en le portant sur eux. Massimo Argentiere a réussi le tour de force de reproduire la fameuse fiole contant le sang de San Gennaro, dans des dimensions réduites et adaptées. L’orfèvre a par la suite été approché par Dolce & Gabbana qui lui ont passé une commande privée. Ensuite, il est passé à la haute joaillerie, en faisant exécuter le blason des Bourbons en or massif, à la demande de Pedro de Bourbon qu’il a rencontré à Naples et qui lui a demandé de réaliser pour lui, en plus de la ligne du Sacré-Cœur napolitain, le blason de la famille des Bourbons en or.

Parlons maintenant de San Gennaro, un saint qui a un musée à son nom et qui possède des bijoux plus importants, voire égaux à ceux de… feue la Reine Élisabeth.

Le Musée du Trésor de San Gennaro

Assez méconnu, ce musée époustouflant est l’écrin de l’un des trésors les plus importants du monde. On dit même qu’il est plus précieux que les célébrissimes bijoux de feue la reine Elizabeth II d’Angleterre! Le trésor de San Gennaro regorge de diamants, de rubis et d’émeraudes. Mort il y a 1 700 ans, San Gennaro dispose d’une fortune colossale qui appartient… aux Napolitains qui lui vouent un attachement sans faille.

San Gennaro est présenté à Naples sous toutes ses formes en protecteur de chaque foyer et de chaque commerce. Au départ, il était un simple évêque du nom de Bénévent. Il est décapité lors des grandes persécutions ordonnées sous le règne de l’empereur Dioclétien. Son sang, recueilli par l’une de ses parentes et conservé depuis dans deux ampoules, va être à l’origine d’un "miracle" qui se produit encore de nos jours. Selon la tradition, le sang de San Gennaro se serait liquéfié pour la première fois lorsqu’il fut approché du corps du saint pendant son transfert vers les catacombes de Capodimonte. D’un point de vue historique, la première mention de ce phénomène date du 17 août 1389, lors de la fête de l’assomption pendant laquelle les ampoules furent exposées. Ce phénomène "miraculeux" se reproduit depuis à l’occasion de cérémonies organisées à cet effet, trois fois par an:

Le samedi précédant le premier dimanche de mai, en commémoration de la date de transfert de la dépouille du saint vers Capodimonte: cette cérémonie donne lieu à une procession vers l’église de Santa Chiara.

Le 19 septembre, date anniversaire de son martyr : cette cérémonie, la plus importante, a lieu au Duomo, cathédrale de Naples; le 16 décembre, en souvenir de l’intervention du saint lors de l’éruption du Vésuve en 1631: la cérémonie a alors lieu dans la chapelle de San Gennaro, toujours au Duomo.

À ces occasions, l’avenir de la ville est en jeu: une liquéfaction rapide du sang est gage de prospérité et de bonheur pour Naples, mais de sombres heures attendent la ville si elle tarde à se produire, voire n’a pas lieu du tout.

Si à ce jour, l’Église ne s’est toujours pas prononcée sur le caractère miraculeux du phénomène, préférant le qualifier de "prodige", les Napolitains, eux, n’en ont cure… San Gennaro est, à l’instar de celui qui l’a immortalisé par sa ligne de bijoux, un pourvoyeur de miracles…

Pour savoir comment s’est construite la légende de San Gennaro cliquez sur ce lien dont le contenu vous laissera pantois!

Bélinda Ibrahim
[email protected]
Insta: @belindabeatriceibrahim
Twitter: @belibrahim

Abonnez-vous à notre newsletter

Newsletter signup

Please wait...

Merci de vous être inscrit !