Simple lapsus ou subconscient un peu trop coupable ? Lors d’une conférence le 18 mai, l’ancien président américain George W. Bush a affirmé que l’invasion " de l’Irak " était " totalement injustifiée et brutale "… avant de se reprendre et de préciser qu’il parlait de l’Ukraine. Si la gaffe a fait rire son assistance, elle a nettement moins bien été accueillie en Irak.

" Une invasion totalement injustifiée et brutale de l’Irak ": le lapsus de l’ancien président américain George W. Bush parlant de l’invasion russe en Ukraine a fait rire son auditoire, mais a ravivé la colère des internautes en Irak.

Mercredi 18 mai, c’est du conflit ukrainien et de l’offensive russe que voulait parler M. Bush, lors d’un événement organisé par le George W. Bush Presidential Center, au Texas. Quand sa langue a fourché.

" La décision d’un seul homme de lancer une invasion totalement injustifiée et brutale de l’Irak — je veux dire de l’Ukraine ", a-t-il corrigé lors d’un discours, son lapsus accueilli par les rires de l’assistance.

" 75 ans ", a-t-il continué, en allusion à son âge, provoquant une nouvelle salve de rires.

Irak
En Irak, la gaffe passe mal (AFP)

Les Irakiens voient rouge

L’extrait vidéo a été repris par tous les médias arabes et partagé sur les réseaux sociaux par de nombreux journalistes et chercheurs travaillant sur la région.

Les autorités et les grands politiciens irakiens n’ont pas commenté la gaffe, mais pour les internautes irakiens, ce lapsus tourné à la dérision a un gout amer.

" Le spectre de l’invasion de l’Irak et de sa destruction poursuit Bush fils. Son subconscient l’a exposé quand il a pris le pas sur sa langue " a tweeté le journaliste irakien Omar al-Janabi. " Oui c’est une invasion brutale et injustifiée qui restera ton pire cauchemar ", a-t-il ajouté.

" L’heure de la vérité a sonné –l’invasion de l’Irak est un cauchemar avec lequel tu vis (…) et qui te tourmente la conscience ", a écrit sur Facebook l’utilisateur irakien Hamza Qoussaï.

Une invasion catastrophique

Si l’invasion américaine de 2003, lancée sous la présidence Bush, a renversé le dictateur Saddam Hussein, elle a ouvert une des périodes les plus sanglantes dans l’histoire moderne de l’Irak, marquée par une guerre confessionnelle et une montée en puissance des jihadistes.

Irak
Un livre sur le défunt dictateur Saddam Hussein exposé à la Foire internationale du livre de Bagdad, le 19 mai 2022 (AFP)

Entre 2003 et 2011, date du retrait américain, plus de 100.000 civils ont été tués, selon l’organisation Iraq Body Count. Les États-Unis ont déploré près de 4.500 morts.

L’intervention militaire américano-britannique avait débuté le 20 mars 2003 après des accusations contre le régime de Saddam Hussein selon lesquelles il détenait des " armes de destruction massive (ADM) ". Mais aucune ADM n’a jamais été retrouvée.

Avec AFP

Abonnez-vous à notre newsletter

Newsletter signup

Please wait...

Merci de vous être inscrit !