La condamnation jeudi par le Tribunal spécial pour le Liban (TSL) de deux membres présumés du Hezbollah dans l’assassinat de l’ancien Premier ministre libanais Rafic Hariri, le 14 février 2005, a été saluée par le Courant du Futur. Il a estimé que la décision du TSL d’annuler " les acquittements de Hassan Habib Merhi et de Hussein Oneïssi " et de les " déclarer coupables " prouve " qu’aucune voix n’est plus forte que celle de la vérité ".
Hassan Merhi et Hussein Oneïssi avaient été acquittés le 18 août 2021, aux côtés de Assad Sabra faute de preuves. En cette date, Salim Ayache, également membre du Hezbollah, avait été condamné par le TSL à perpétuité, à l’issue du procès en première instance. Mais l’accusation avait alors fait appel des acquittements de MM. Merhi et Oneïssi.
Saluant le " professionnalisme " et la " transparence " du TSL, le Courant du Futur a appelé le Hezbollah à " ne pas fuir " et à " affronter la vérité amère ". " Ce sont des cadres du parti qui ont tué Rafic Hariri ", a-t-il insisté dans un communiqué. Et d’appeler le parti à les remettre à la justice.
De son côté, le leader du Courant du Futur, Saad Hariri, a déclaré que la décision du TSL de condamner MM. Merhi et Oneïssi " impose aux autorités libanaises et aux services militaires et sécuritaires d’œuvrer pour arrêter les condamnés et les livrer au TSL pour exécuter les sanctions décidées à leur encontre ".
Appelant les autorités à arrêter également Salim Ayache, M. Hariri a fait " assumer au Hezbollah la responsabilité de chercher à couvrir l’assassinat de Rafic Hariri, de protéger les criminels qui sont membres de sa formation et de se dérober à la justice internationale ".
Quant à l’ancien ministre Marwan Hamadé, il a estimé qu’en prenant cette décision, le TSL a prouvé que " la vérité ne peut pas être dissimulée par un groupe de malfaiteurs ayant commis l’assassinat du siècle ". Dans un communiqué, il a souligné que le fait que le Hezbollah soit impliqué dans l’assassinat de Rafic Hariri " donne à la justice pour le Liban une nouvelle dimension qui impose aux autorités officielles d’exécuter les mandats d’arrêts internationaux à l’encontre des criminels ".
" Le fait d’avoir tu le crime et couvert les assassins a provoqué l’effondrement de la justice, qui est la base de toute réforme et souveraineté ", a conclu M. Hamadé.
Enfin, Baha’ Hariri, fils aîné de Rafic Hariri, a estimé que la décision du TSL prouve une fois de plus que " le principal accusé dans l’assassinat de Rafic Hariri est ce parti, son commandement et ses membres ". Dans un communiqué publié sur son compte Twitter, il a appelé " l’État libanais à poursuivre les criminels et à faire assumer au Hezbollah la responsbailité de couvrir les auteurs de ce crime terroriste ".

Abonnez-vous à notre newsletter

Newsletter signup

Please wait...

Merci de vous être inscrit !