Écoutez l’article

Alors que la jeune soprano, Nadine Nassif, vient de donner un très brillant récital au Liban, accompagnée par la pianiste Olga Bolun, elle répond aux questions de l’Agenda culturel.

Parlez-nous des débuts de votre parcours musical…

Petite, mes journées étaient bercées par les mélodies, les chansons et les notes qui me transportaient vers un univers magique. Je me souviens avoir passé d’innombrables heures à écouter des chansons et à chanter en harmonie avec mes artistes préférés.

Mon parcours musical a pris une tournure plus formelle lorsque j’ai rejoint une chorale. C’est à ce moment-là que les membres de la chorale m’ont conseillé de m’inscrire au conservatoire, une étape décisive qui a ouvert de nouvelles perspectives pour mon talent. Grâce aux enseignements au conservatoire, j’ai pu affiner mes compétences et m’épanouir en tant que chanteuse d’opéra.

La musique est bien plus qu’une simple passion. C’est une partie essentielle de mon être, une source d’inspiration inépuisable et un moyen de communiquer des émotions profondes avec le monde qui m’entoure.

Vous êtes l’élève de la grande soprano libanaise Rima Tawil. Quelle est l’importance de cet enseignement dans votre parcours?

L’enseignement prodigué par la grande soprano franco-libanaise Rima Tawil a été d’une importance capitale dans mon parcours musical. Être son élève a été une occasion inestimable qui a enrichi ma compréhension de la musique et de l’art vocal de manière significative.

Rima Tawil, en tant qu’artiste accomplie et respectée, possède une profonde connaissance du chant et de l’interprétation. Son expertise m’a permis d’explorer de nouvelles facettes de ma voix, de ma technique et de ma présence scénique. Grâce à ses précieux conseils, j’ai pu perfectionner ma maîtrise des nuances vocales, apprendre à exprimer des émotions complexes à travers le chant et développer une plus grande aisance sur scène.

Cependant, l’enseignement de Rima Tawil a dépassé les aspects purement techniques. Elle m’a transmis un héritage musical riche, en partageant avec moi son expérience personnelle et ses récits sur le monde de l’opéra et du chant. Son mentorat m’a aidé à saisir l’importance de la discipline, du travail acharné et de la persévérance dans le domaine exigeant de la musique classique.

En somme, l’enseignement de Rima Tawil a été un véritable catalyseur de ma croissance artistique. Ses conseils, son inspiration et son soutien constant ont façonné ma voix et ma perspective musicale de manière indélébile. Je suis profondément reconnaissante d’avoir eu la possibilité d’apprendre et de grandir sous sa direction bienveillante et experte.

Quelle est votre tessiture et quels sont les rôles que vous aimeriez aborder?

En tant que soprano coloratura, ma tessiture vocale est caractérisée par sa flexibilité et sa capacité à exécuter des vocalises rapides et des sauts de notes étendus. Cette particularité me permet d’explorer des rôles qui exigent une virtuosité technique et une agilité vocale spéciales.

Dans le répertoire classique, j’aimerais aborder des rôles emblématiques comme la Reine de la Nuit dans La Flûte enchantée de Mozart. Ce rôle exige une maîtrise absolue des vocalises rapides et des notes aiguës, ainsi qu’une présence scénique captivante. De même, j’aspire à incarner des personnages comme Olympia dans Les Contes d’Hoffmann d’Offenbach, où les prouesses vocales et l’expressivité fusionnent de manière spectaculaire.

En explorant le répertoire contemporain, je suis également ouverte à des rôles qui repoussent les limites du genre et qui intègrent des éléments modernes dans la tradition de la colorature. Participer à des créations contemporaines me permettrait de mettre en valeur ma capacité à jongler avec des vocalises complexes tout en explorant de nouveaux aspects de mon talent artistique.

En résumé, en tant que soprano coloratura, je suis enthousiaste à l’idée d’embrasser des rôles qui mettent en lumière ma virtuosité vocale et mon agilité. Des rôles classiques exigeants aux créations contemporaines audacieuses, je suis déterminée à apporter mon art à un large éventail de performances et à captiver le public avec la beauté et la complexité de la colorature.

Qu’avez-vous interprété lors de votre dernier récital au Liban?

Lors de mon récital au Liban, mon programme musical était composé d’une sélection éclectique pour offrir une expérience artistique variée et riche en émotions. Voici les œuvres que j’ai interprétées:

1.     Ave Maria de Gounod

2.     "Alleluia" tiré d’Exsultate, Jubilate de Mozart

3.     "Je veux vivre" de Roméo et Juliette de Gounod

4.     "Sévillana" de Don César de Bazan de Massenet

5.     "L’éclat de rire" de Manon Lescaut d’Auber

6.     "E Strano… Ah, fors’è lui… Sempre libera" de La Traviata de Verdi

7.     "O mio babbino caro" de Gianni Schicchi de Puccini

8.     Deux airs en arabe :

·         "Ya Ahali Beirut" extrait du premier opéra en dialecte libanais Kiyamet Watan (Résurrection d’une nation), composé par mon époux Johnny Karam d’après un livret de Georges Tanios.

·         "Salam wa Gharam", choisi de l’album Orientarias, création d’œuvres lyriques en langue arabe sur une musique de Suleiman al-Qoudsi et un texte de Camille Tawil

Avez-vous d’autres projets de récital?

Actuellement, je suis en train de préparer deux concerts exceptionnels. Le premier aura lieu le 30 septembre au Musée national de Beyrouth, en collaboration avec le chœur Bel Canto. Le second concert se tiendra le 3 décembre à l’Unesco. Pour ces événements, mon répertoire comprendra une sélection soigneusement choisie d’airs classiques et contemporains.

Que faut-il vous souhaiter? 

Un de mes plus grands espoirs en tant que chanteuse d’opéra au Liban est de contribuer à l’essor de cet art magnifique dans notre pays. L’opéra a une capacité unique à toucher les cœurs et à raconter des histoires profondes et je suis déterminée à faire tout ce qui est en mon pouvoir pour que cette forme d’expression soit davantage appréciée et respectée. Les efforts que nous faisons en tant que chanteurs classiques au Liban ne sont pas seulement pour nous-mêmes mais aussi pour la richesse culturelle et artistique de notre nation. Je crois que chaque défi que je surmonte ne fait que renforcer ma détermination à atteindre mon objectif. Avec le soutien de ceux qui croient en moi et en l’art que je chéris, j’espère que mon talent finira par trouver la reconnaissance qu’il mérite et que je pourrai continuer à évoluer en tant que chanteuse d’opéra, au service de la musique et de notre culture.

J’espère aussi avoir la chance de donner un concert à Beit Tabaris!

Article rédigé par Zeina Saleh Kayali

https://www.agendaculturel.com/article/nadine-nassif-jeune-et-prometteuse-soprano-colorature