Caline Maaraoui est une Franco-Libanaise originaire du Liban, mère de trois enfants, juriste, maître de conférence, directrice du service juridique de l’Autorité de contrôle des marchés financiers au Liban. Elle se porte candidate aux élections législatives françaises dans la Xe circonscription des Françaises et des Français établis hors de France, prévues pour les 5 et 19 juin 2022.

Les élections législatives françaises de 2022 dans les onze circonscriptions des Françaises et Français établis hors de France auront lieu les 5 et 19 juin 2022, afin d’élire les députés de la XVIe législature de la Ve République. En effet, à la suite de la réforme de la Constitution française de juillet 2008, des circonscriptions législatives ont été créées hors de France, pour permettre aux Français de l’étranger d’élire leurs députés à l’Assemblée nationale. Ces onze députés, répartis sur chacune des onze circonscriptions, seront élus selon les mêmes modalités (scrutin uninominal majoritaire à deux tours) et disposeront des mêmes pouvoirs que les députés élus sur le territoire français.

C’est dans ce cadre que Caline Maaraoui, juriste, maître de conférence et directrice du service juridique de l’Autorité de contrôle des marchés financiers au Liban, se présente en tant que candidate franco-libanaise dans la Xe circonscription, qui englobe 49 pays du Moyen-Orient (dont le Liban), d’Afrique et de l’océan Indien.

Dans un entretien accordé à Ici Beyrouth, Mme Maaraoui met en exergue sa vive détermination à vouloir représenter et servir ses compatriotes établis dans les 49 pays de cette circonscription, qui font face aux mêmes difficultés liées au pouvoir d’achat, à la protection sociale, à l’éducation, à l’insécurité, et à la fermeture des comptes bancaires en France pour les Français de l’étranger résidant en Afrique ou au Moyen-Orient, en défendant leurs intérêts et en portant leur voix au sein de l’Assemblée nationale.

" Je souhaite être une députée libre et compétente ", souligne Caline Maaraoui, qui œuvre pour que son action politique se traduise concrètement sur l’ensemble de la Xe circonscription, de manière indépendante et efficace. " Je suis convaincue qu’en tant que Franco-Libanaise originaire de cette circonscription d’avoir la compétence pour porter ces problématiques et leurs solutions, puisque j’y suis confrontée au quotidien, comme toutes les Françaises et les Français qui résident dans la Xe circonscription ", a-t-elle indiqué. " C’est pourquoi mon programme s’articule autour de cinq priorités que j’estime nécessaires pour améliorer le quotidien et le niveau de vie des Français établis dans cette région du monde:

Le maintien du pouvoir d’achat

" Tous les Français vivant à l’étranger constatent l’augmentation des prix des produits de première nécessité, ainsi que de l’envolée du prix de l’essence, à cause de la guerre en Ukraine. C’est pourquoi je trouve particulièrement injuste voire inégalitaire, que le gouvernement protège ses ressortissants dans l’hexagone avec la "prime Macron" lors de la pandémie de Covid-19 et ne le fasse passe dans le contexte actuel pour ceux qui vivent à l’étranger ".

Une protection sociale et médicale juste et équitable

" Le principe d’égalité devant la santé et l’accès à la protection sociale est rompu avec les Français de l’étranger. Nous sommes toutes et tous Français. Nous n’avons pas les mêmes droits à la sécurité sociale. Je proposerai aux députés et sénateurs des Français de l’étranger que nous portions ensemble et de manière transpartisane cette proposition de loi ".

Un accès à une éducation de qualité et à la portée de tous

" Proposer un " pacte éducatif " pour les enfants des Français à l’étranger. Ce pacte comportera la révision des conditions des bourses d’éducation pour qu’un plus grand nombre de familles soient éligibles. Il garantira la continuité de l’engagement public auprès de l’AEFE, le renforcement du dispositif FLAM (Français Langue Maternelle) et le développement de l’enseignement professionnel et de la formation continue, car il existe une rupture d’égalité entre la gratuité de l’éducation dans l’hexagone et à l’étranger ".

Le maintien en France des comptes bancaires pour les Français de l’étranger

" Les Français de l’étranger me font part régulièrement des difficultés qu’ils rencontrent concernant l’ouverture ou la conservation de leurs comptes bancaires, alors même que la détention d’un compte bancaire en France constitue un droit. C’est même indispensable dans certains cas, comme pour les retraités français qui perçoivent une pension de source française, ou les propriétaires de biens immobiliers qui reçoivent des revenus locatifs et doivent s’acquitter de certains frais et charges en France, ou même ceux qui perçoivent les remboursements de la sécurité sociale. C’est pourquoi j’agirai auprès de la Banque de France et j’appuierai le rapport du député Philippe Chassaing, dont l’objectif est " de combler les failles actuelles de la procédure de droit au compte en généralisant le recours à la procédure simplifiée ".

L’accès à l’eau face à la crise climatique

" Garantir l’accès à l’eau et préserver cette ressource essentielle des pollutions et des conflits est un des combats qui me tient particulièrement à cœur, car il concerne tous les pays de la Xe circonscription. Il est donc nécessaire d’avoir recours et de bénéficier de l’expertise française en la matière, une force que nous devons savoir mettre à profit dans tous les pays où nous vivons et où nous souhaitons pouvoir continuer de vivre ".

Interrogée sur les autres candidats en lice dans la Xe circonscription, ainsi que sur la députée sortante, Amélia Lakrafi, qui mise sur sa réélection (surtout après la réelection du président Emmanuel Macron en avril 2022), Caline Maaraoui assure vouloir porter la voix de ses compatriotes, contrairement à l’élue actuelle, qui ne répondait pas à la plupart des sollicitations des résidents des 49 pays. " Franchement, Mme Lakrafi, députée de La République en Marche (LREM) élue en 2017, a sûrement des qualités, mais ses collègues ne l’ont pas remarqué, vu qu’elle n’a fait que six interventions en cinq ans à l’Assemblée nationale. Ce qui prouve qu’elle était peu présente, ou pesait peu dans un groupe parlementaire, qui ne lui donnait pas la parole. Dans les deux cas, il s’agit d’une députée fantôme ". Et à Mme Maaraoui de conclure : " Amélia Lakrafi n’a rien rapporté dans sa besace aux électeurs de la Xe circonscription, tout simplement parce qu’elle dépend davantage de l’appareil de LREM que des citoyens de sa circonscription.  Voilà pourquoi ma candidature porte "la voix des Français qui vivent à l’étranger" et la raison pour laquelle je suis indépendante et libre ".

Abonnez-vous à notre newsletter

Newsletter signup

Please wait...

Merci de vous être inscrit !